CONNAITRE LA FONDATION  |  Nos convictions

Nos convictions

Les inégalités de santé, les difficultés d’accès aux soins se font de plus en plus critiques, sur l’ensemble des territoires.

De multiples données témoignent de cette situation inquiétante, qui appelle à l’action :

  • Plus de 9 millions de personnes sont sous le seuil de pauvreté en France.
  • 300 000 personnes sont sans domicile fixe en 2020, soit plus du double qu’en 2012.
  • Près d’un tiers des sans-domicile déclarent des maladies.
  • Les difficultés sociales et médicales sont encore plus marquées sur le territoire du Nord des Hauts-de-Seine, champs d’action du Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre.
  • La crise sanitaire contribue à accentuer les inégalités sociales : chômage partiel, perte d’emploi précaire, augmentation du recours à l’aide alimentaire sur tous les territoires… 1 million de Français auraient basculé dans la pauvreté depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

 

Le Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre a joué un rôle historique dans l’approche sanitaire et sociale des populations précaires et exclues. Le travail coordonné de professionnels du secteur sanitaire, de la psychiatrie et du social autour des usagers y représente une conduite singulière, qui donne à l’établissement un rôle d’expert référent.

Avec la création fin 2019 de la Fondation Hospitalière pour la Recherche sur la Précarité et l’Exclusion sociale, le CASH de Nanterre a souhaité aller plus loin et répondre à l’enjeu commun à tous les acteurs œuvrant dans le champ de la précarité : documenter, analyser les trajectoires de vie des personnes en situation de précarité, mais surtout innover, proposer des dispositifs adaptés et les évaluer, pour faire évoluer les approches.

Cette initiative est en soi unique, en France mais aussi à l'international, du fait de son intégration des éléments documentaires, de l'action terrain et de la recherche évaluative, pour contribuer à réduire les inégalités de santé.

La Fondation se construit à partir d’un engagement partagé : pour améliorer la condition des personnes en situation de précarité, il faut mettre en place des solutions nouvelles et valider conjointement leur impact par des recherches ad hoc.